Antidouleurs

Antidouleurs, gare à la surconsommation !

Les autorités sanitaires américaines ont récemment lancé une campagne pour lutter contre la surconsommation d’antidouleurs qui fait près de 100 morts par an ainsi que 56 000 hospitalisations dans le pays. La prise d’antidouleurs est aussi une habitude des plusieurs Français qui veulent tout simplement mettre fin à certaines souffrances. La surconsommation d’antalgiques provoque-t-il vraiment des dangers pour le corps ?

Les Américains en abusent

De plus en plus d’Américains subissent aujourd’hui des overdoses d’antidouleurs qui sont accessibles sans prescription médicale. Les médicaments les plus pris étant le paracétamol qui est présent dans plus de 600 médicaments. Une étude de la FDA ou Food and Drug Administration révèle que pas moins de 56 000 personnes sont hospitalisées par an à cause d’une overdose de cet antalgique. Près de 100 personnes en meurent  par ailleurs chaque année. La raison principale pour laquelle les patients prennent ce médicament, c’est qu’ils souhaitent être soulagés rapidement de leurs douleurs. Certaines personnes dépassent même la posologie sans s’en rendre compte. Pour faire face à cette situation de crise, la FDA a décidé d’éditer des brochures incitant les consommateurs à vérifier scrupuleusement la composition des médicaments qu’ils prennent et de bien respecter leurs posologies. Qu’en est-il en France ? Fait-on aussi face à ce genre de problème ?

La situation de la France

La consommation du paracétamol a augmenté en France depuis les années 70, c’est également le cas du nombre d’intoxications. C’est pour limiter les risques que l’Agence du médicament de diminuer le conditionnement des antidouleurs contenant du paracétamol, pour que ces derniers ne dépassent pas la dose de 8 g. Ingéré en surdose, ce médicament peut engendrer la toxicité hépatique et dans les pires des cas, conduire à la mort du consommateur. Depuis ce changement opéré en 1980, le nombre de décès par intoxication n’a pas augmenté même si la consommation augmente d’année en année.

Dans quel cas, ne faut-il pas prendre d’antidouleurs ?

 Ces médicaments utilisés dans le traitement des douleurs courantes sont dans toutes les armoires à pharmacie des Français. Ils peuvent cependant accroître les risques de complications rénales et hépatiques dans le cas ou le patient a un passif de saignements de l’estomac ou de problèmes rénaux. La prise régulière de paracétamol fait également souffrir les personnes atteintes de maladie hépatique. Les personnes qui prennent plus de trois verres d’alcool par jour ne doivent pas en prendre tout comme les individus ayant plus de 60 ans ou celles qui prennent des médicaments diurétiques. La prise des stéroïdiens, des fluidifiants sanguins peut augmenter le niveau de toxicité des antidouleurs en général.

Articles similaires