les antalgiques

Comment agissent les antalgiques opiacés faibles ?

Les antalgiques opiacés faibles sont le deuxième palier des médicaments antidouleurs. Ils sont prescrits pour le traitement des douleurs modérées à sévères et contiennent des molécules semblables à celles de la morphine. Contrairement aux médicaments du premier palier, ceux-ci ne sont disponibles que sur prescription médicale. L’achat nécessite donc une ordonnance. Comment agissent ces médicaments ?

Que font les antalgiques ?

Les antalgiques ou les analgésiques sont des médicaments utilisés pour soulager les douleurs. Depuis des années, les médecins ainsi que les autorités sanitaires, se sont rendus compte que la prise en charge des douleurs était nécessaire pour donner un peu de confort aux malades et aussi pour les guérir plus vite. L’OMS a ainsi classé ces médicaments en trois niveaux différents en fonction de l’intensité des douleurs ressenties. Les antalgiques de palier 1 sont les moins puissants et sont utilisés pour calmer les maux de tête, la rage de dents bref, les douleurs légères. Ceux de palier 2 ou les antalgiques opiacés faibles sont plus puissants et s’assemblent avec les médicaments de palier 1 pour limiter les effets secondaires, les douleurs traitées sont plus intenses. Enfin, les antalgiques de palier 3 sont les plus puissants. Ils sont à utiliser avec une extrême précaution.

Les actions des antalgiques opiacés faibles

Ces médicaments sont généralement associés à ceux du premier palier comme le paracétamol ou encore l’ibuprofène. C’est le cas de la codéine et du tramadol puisqu’ils provoquent souvent des constipations ce qui n’est pas le cas des antalgiques de niveau 1. Les molécules qui constituent ces médicaments agissent directement sur le système nerveux central pour ralentir le processus inflammatoire. Les récepteurs responsables de l’abolissement de la douleur sont stimulés pour atténuer celle-ci. Lorsqu’un patient est traité avec ce type de médicament, il peut ressentir des effets secondaires comme la somnolence, les nausées ou même dans certains cas les vomissements. Cependant, ceux-ci finissent par disparaitre après quelques jours. Certains effets secondaires peuvent perdurer tout au long du traitement comme la sécheresse buccale et la constipation. Lors de la prise de ces médicaments, il est essentiel de bien s’hydrater.

Le cas de la codéine

Le surdosage à la codéine est possible chez les toxicomanes où les doses normales sont largement dépassées. Ainsi, ils ressentent plusieurs signes qui ont des conséquences plus ou moins graves. Chez les adultes, le surdosage peut provoquer la dépression aiguë des centres respiratoires ainsi que l’œdème pulmonaire. Ils peuvent aussi être victime de somnolence, d’ataxie, de rash cutané ou de prurit. Pour les enfants, le surdosage de ce médicament peut engendrer la bradypnée, le myosis, les convulsions, la rétention urinaire ou encore le collapsus. Voilà pourquoi ce médicament n’est pas vendu sans ordonnance, parce qu’il est facile de se tromper de dosage. La codéine n’est pas le seul médicament pouvant engendrer de tels effets, il y a également le tramadol énoncé ci-dessus et le Dextropropoxyphène.


Pour vos urgences dentaires visitez : www.urgence-dentaire.org.